Un SDF réprimandé par une amende de 200€ pour avoir mendié

sans aucun trouble à l’ordre public, le seul fait d’être assis au bas d’un escalator peut leur valoir cette sanction. L’un d’eux à déjà fini en garde à vue après avoir eu plusieurs de ces amendes.
Imaginons qu’un sans-abri retrouve une situation et un emploi demain, il aura à assumer le recouvrement de ces sommes par la société Transpole ou le Trésor public. La promesse d’une difficulté accrue à sortir de sa précarité. La promesse qu’on prolongera sa pauvreté même s’il a les moyens d’en sortir.
Chasse aux pauvres ? Ne pouvons-nous pas aborder par une autre voie que la coercition et la sanction cette situation ? »
Ibrahim Dergam, le président de l’association a rajouté : « C’est disproportionné, 200 euros pour un sans-abri c’est plusieurs nuits à l’hôtel. On ne comprend pas que face à une personne démunie on puisse agir avec une certaine forme de violence ».
La société de transport a tenté de se défendre en expliquant travailler en collaboration avec des services d’aide et d’accompagnement aux SDF à travers l’association ABEJ Solidarité.


25 plans vraiment magnifiques de lieux abandonnés
16 Différences entre les hommes et les femmes en infographie
10 personnes qui sont l’image crachée de personnages de films animés
12 signes que vous mangez trop de sucre